Accès direct au contenu

Retour à la page d'accueil


DSDEN 76 > La Direction des services départementaux de l'éducation nationale > Actualités

L’école pour tous les enfants

Depuis le 3 novembre 2016, sept enfants de 3 à 4 ans, diagnostiqués autistes, préparent leur retour dans une classe dite « ordinaire » grâce à un dispositif créé à l’école Ancelot du Havre

le 31 janvier 2017

L’école pour tous les enfants

L’école pour tous les enfants

Le concept

Ils s’appellent Corentin, Donovan, Maël, Noah, Salah Eddine, Wassim, Zakarya et depuis quelques mois, ils découvrent leur nouvel environnement, l’école Ancelot, grâce à l’ouverture d’une unité d’enseignement en maternelle (UEM), une première au Havre.

Non comptabilisée comme une classe supplémentaire, ce dispositif autonome au sein de l’établissement, accompagne ces jeunes enfants qui ne pourraient être inclus en milieu scolaire ordinaire même avec une AVS, et cela pendant une durée maximale de trois ans.

Exempt de trouble cognitif, ces enfants apprennent progressivement à devenir des élèves en travaillant dans un premier temps la communication et l’imitation, signe de l’intégration d’un mécanisme incontournable : l’apprentissage.
Toute une équipe pluridisciplinaire se tient à leurs côtés en individualisant les approches pour favoriser leur retour dans une classe ordinaire : une enseignante spécialisée dans ce type de prise en charge, une éducatrice spécialisée, une aide médico-psychologique, complétée par l’intervention de psychologues, psychomotriciens et orthophonistes.

En place depuis novembre dernier et inaugurée le 19 janvier 2017, en présence de l’inspectrice d’académie de la Seine-Maritime, cette unité s’inscrit dans le plan national autisme 2013-2017.
Elle représente la deuxième structure ouverte en Seine-Maritime, après Rouen en 2014, et la sixième en Normandie, celle-ci créée en partenariat entre l’éducation nationale et deux associations : l’association laïque pour l’épanouissement, l’adaptation et l’intégration des handicapés (ALPEAIH) et la Ligue havraise pour l’aide aux personnes handicapées.


La pédagogie

Bien qu’étant indépendante, l’unité est loin d’isoler les enfants de leurs camarades qu’ils côtoient lors de la recréation, à la cantine et selon leurs progrès, en temps de classe. L’inclusion vers le système scolaire classique est donc réfléchie et se construit par étapes, pour une transition réussie.

Premier défi à relever pour ces enfants : se repérer dans l’espace et dans le temps, chacun d’entre eux disposant par ailleurs d’un espace de travail attitré, pour qu’ils se sentent sécurisés. Puis, les équipes éducatives les amènent progressivement à structurer leur environnement, comme l’illustre l’emploi du temps visuel dont ils bénéficient. Une photo de la cantine désigne le repas du midi, puis petit à petit, celle-ci sera remplacée par une représentation plus abstraite.

Au quotidien, tout est mis en œuvre pour créer un environnement propice à déclencher la communication et le processus d’imitation, « apprendre à faire semblant ». L’espace a été conçu en ce sens. Les livres et les jeux sont placés dans des bacs transparents, sur des étagères uniquement accessibles pour l’adulte. Cela contraint l’enfant à le solliciter pour obtenir l’objet convoité et donc à entrer en communication, quelle qu’en soit la forme (tirer sur la manche de l’adulte, désigner un objet…).
Pour optimiser le travail de l’unité, les familles sont associées à toutes les phases du dispositif. A la maison, sont intégrés certains outils pédagogiques utilisés au sein de l’UEM, à l’instar de l’emploi du temps par photos, pictogrammes.

Considéré comme un véritable défi de santé publique par l’ARS, un enfant sur 150 étant diagnostiqué autisme : « Ce dispositif permet de transformer le regard des autres enfants comme de celui des adultes sur ces enfants », constate Elodie Bachelet, membre de l’association ALPEAIH.









Date de mise à jour : 14/02/2017


ministeres

agrandir/réduire la taille de caractère